"The troll hunter" de André Øvredal

Publié le par Arno

http://www.swiss-dvd.com/wordpress/wp-content/uploads/2010/10/Troll_hunter-212x300.jpgAvec Gaëtan, on a revécu un grand moment de cinéma du vendredi soir.

 

Pour rappel, un film du vendredi soir, c'est un film pas intello du tout qui s'adresse plus aux yeux qu'au cerveau et qu'on regarde avec de la bière et de la pizza pour le bidon.

 

Et vendredi dernier, le film qui a été sélectionné pour l'occasion, c'est "The troll hunter" (2010), de André Øvredal.

 

Le pitch, c'est un gros repompage de blair witch et de tout ce qui a suivi dans la même genre : des étudiants suivent et filment un chasseur de trolls en Norvège dont l'activité est tenue secrète par le gouvernement norvégien. Ils finissent par disparaître. Et on ne retrouve que les rushs de ce qu'ils ont tournés. Le film restitue les séquences les plus importantes dans l'ordre chronologique.

 
La bande annonce (pour voir de quoi il s'agît mais également pour se familiariser avec le norvégien) :

 

 

 

Alors pourquoi ce film est un très bon choix pour un film du vendredi soir ? Tout simplement parce qu'il ne se prend pas la tête une seule seconde et qu'il y a de grands moments qui font bien marrer du fait du surréalisme du scénario et, sans doute également, de notre inculture concernant les trolls de Norvège.

 

Quelques exemples pour illustrer cela. Dans la catégorie "non mais c'est trop du n'importe nawak le scénar'", on trouve :

 

La recherche d'indices signalant la présence des trolls : le mec qui monte à un arbre avec sa paire de jumelles pour scruter l'horizon. Même en disant qu'il recherche des traces de passage de trolls, la crédibilité est moyennement présente.

 

Le mode d'emploi pour réaliser un piège à troll : le chasseur de trolls explique comment faire un piège à troll. Alors c'est pas compliqué. Pour cela, il fait ce qui ressemble à un grand piège à loup avec, pour attirer les trolls, un morceau de béton et du charbon de bois posés au milieu. Apparemment, ça marche trop bien ce système parce que les trolls adorent le béton et le charbon de bois.


Les étudiants font un reportage. Donc y'en a un qui filme et un autre qui explique la situation devant la caméra. A un moment, de bon matin, ce dernier se fait filmer avec une brosse à dents dans la main parce qu'ils s'apprêtent à partir de toute urgence. Du coup, il est encore avec sa brosse à dents dans la main. Le cameraman, il a eu le temps de récupérer sa caméra, de l'allumer, de filmer son pote. Mais l'autre, il en est encore avec sa brosse à dents.


Et dans la catégorie "Ouhla ! Mais ça part où, là ?", on a :

 

La scène lorsque le chasseur de trolls répand du sang de chrétien. Parce qu'apparemment, le sang de chrétien, ça excite les trolls. Vous saviez ça ?

 

Le récit du chasseur de trolls quand il raconte son parcours, comment il a commencé, comment il est devenu chasseur de trolls professionnel et qu'il fait la liste de toutes les sortes de trolls qu'il a rencontrés. Et là, il sort pendant plusieurs minutes des noms de trolls qu'on n'a jamais entendu parlé mais qui ressemblent à des monstres gentils de l'île aux enfants. Mais pour le troll hunter, ça n'a pas l'air d'être des monstres gentils.

 

Voilà, quelques exemples. Pensez pas que je vous ai spoilé le film. Il y a plein d'anecdotes décalées comme celles-là tout au long du film et ça vaut vraiment la peine de le regarder... un vendredi soir avec une pizza, une bière et un pote. Avec sa copine, pourquoi pas, ça dépend de la copine et ça dépend comment vous lui présentez la chose. Si vous mentionnez les jolis paysages de Norvège qu'on ne voit pas très souvent au cinéma, vous avez peut être une chance.

 

Références :

http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=189553.html

Commenter cet article