"Melancholia" de Lars von Trier

Publié le par Arno

http://img.incine.fr/affiches_film/big/Melancholia_29254_1310595018.jpgNatacha, elle a voulu voir "Un monstre à Paris". Punaise, la souffrance !!!!! Tellement que j'ai pas pu écrire d'article là-dessus (contrairement à Guillaume qui a réussi à en faire un post sur son blog).

 

En tout cas, après ça, c'était à mon tour de choisir le film qu'on allait voir. Ouais. Cette fois-ci, c'était à moi de décider !

 

Je consulte sur le net les films à l'affiche. Pas grand chose d'intéressant. Je fouille un peu et je tombe sur un cinéma qui projette encore "Melancholia" de Lars von Trier.

 

Natacha, elle gardait un mauvais souvenir de "Antichrist" (2008) et elle appréhendait un peu le cinéaste. Un peu comme moi j'appréhendais "Un monstre à Paris" dont je garde un mauvais souvenir. Alors forcèment, je me suis jeté dessus.

 

Pour vous rafraîchir la mémoire parce que ça fait un bout de temps que c'est sorti, "Melancholia", c'est l'histoire de deux soeurs, Justine et Claire, qui se prennent une planète dans la gueule. La bande-annonce pour voir quelques images :

 

 

Alors est-ce qu'il est bien ce fim ? Oui oui, il est bien !!!! Il est même très bien !!!

 

Natacha a souffert, comme prévu, mais moi j'ai vraiment aimé, comme attendu. Et pourquoi que j'ai vraiment aimé ?

 

L'esthétisme

 

Tout d'abord parce que c'est lent. Et ça fait un bien fou parfois de regarder un film qui prend son temps. Bon, évidemment y'a des limites à tout. Mais dans le cas de Lars von Trier, quand les plans ont autant d'esthétique que des tableaux, on n'a pas forcèment envie que ça s'arrête trop rapidement.

 

Kirsten Dunst

 

En général, j'avais cru remarquer qu'elle choisit relativement bien les films dans lesquels elle tourne. Mais j'ai pas l'impression qu'on puisse en dire autant des rôles qu'elle accepte. A tel point qu'on aurait pu s'interroger sur son réel potentiel d'actrice. Et puis là, je la découvre. Et c'est un vrai plaisir.

 

Et puis le côté dramatique de l'histoire !

 

Ouais parce qu'il n'y a pas que de la science fiction dans le film, il y a aussi des rapports humains qui évoluent entre les deux soeurs.

 

Première partie : Justine se marie mais elle se tape en parallèle une splendide dépression. Et ça, ça agace un peu tout le monde. Le mari de Claire parce qu'il a payé une super belle cérémonie qui lui a couté un bras. Et puis Claire aussi, parce que c'est supposé être le plus beau jour de la vie de sa soeur et cette dernière elle se prend la tête dans sa baignoire en faisant poireauter tous les invités. Pas cool.

 

Deuxième partie : La planète Melancholia arrive, on sent que la fin du monde approche. Claire, elle commence à se payer une belle crise d'angoisse parce que bon, ça la met pas en joie de savoir qu'elle va se prendre une planète dans la gueule. Et ce qui l'agace bien aussi, c'est de voir le calme de Justine face aux événements.

 

Et ce parallèle, j'ai bien aimé.

 

Parce que les gens "normaux" et les dépressifs ne sont finalement jamais sur la même longueur d'onde. La perspective d'une longue vie harmonieuse, c'est terrible ça pour un dépressif ! Alors que pour quelqu'un de sensé, c'est génial. A l'inverse, une fin du monde proche, pour une dépressif, c'est la garantie que son mal être va bientôt disparaître. C'est le pied ! Alors que pour l'autre personne de censé, c'est pas jojo.

 

Donc voilà, ça fait quand même trois bonnes raisons d'aller le voir ce film. Mais Natacha a été plutôt insensible à tout ça.

 

Ah non ! Natacha a quand même repéré une énorme incohérence dans ce film. A un moment, Justine et Claire vont faire du cheval. Or, Claire n'a pas de soutien-gorge. Et d'après Natacha, faire du cheval sans soutien-gorge, c'est tout simplement pas possible. Je lui ai fait remarquer que c'est quand même Charlotte Gainsbourg et que ça risque pas de sauter beaucoup. "Même !" qu'elle m'a répondu. C'était l'incohérence notée de Natacha.

 

Références :

http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=173873.html

http://fr.wikipedia.org/wiki/Melancholia_%28film,_2011%29

Commenter cet article