Les 5 commandements de Rachel quand elle prête son ordinateur

Publié le par Arno

Pas facile de tenir son blog sans ordinateur. Et encore moins facile si je pensais pouvoir compter sur celui de Rachel. Parce que si on veut utiliser son ordinateur, voilà comment ça se passe :

Moi : Rachel, mon ordi est mort.
Rachel : Oh mais c'est pas cool !
Moi : Bah non, surtout que j'ai plein d'articles à écrire sur mon blog.
Rachel : Oh mais ça va pas être facile sans ordinateur !
Moi : Bah non, donc je pensais que tu pourrais me prêter le tien quelques instants pour au moins tenir au courant mes lecteurs pour pas qu'ils s'inquiètent.
Rachel : Oh mais c'est gentil tout plein !
Moi : Donc tu me le prêtes ?
Rachel : Non !
Moi : Pourquoi ?
Rachel : Parce que je suis en train de m'en servir.
Moi : Mais tu es vautrée sur le canapé en train de regarder un épisode de "Dr House".
Rachel : Mais juste après, je vais m'en servir.
Moi : Juste après dans 30min !
Rachel : Je vais peut être pas regarder jusqu'à la fin.
Moi : Mais tu regardes toujours jusqu'à la fin.
Rachel : Non, c'est pas vrai.
Moi : Tu termines 99,9% des épisodes que tu commences.
Rachel : Tu exagères ! Je dirais plutôt qu'il y a une chance sur deux pour que dans 99,9% des cas je regarde un épisode jusqu'à la fin. Le reste du temps, c'est plutôt 30% des cas.
Moi : Mais ça veut rien dire !
Rachel : Si !
Moi : Bon, je vois. Pourquoi tu veux pas me prêter ton ordi ?
Rachel : Parce que t'arrêtes pas de critiquer quand tu utilises mon ordi.
Moi : Non, c'est pas vrai.
Rachel : Tu critiques dans 99,9% des cas !
Moi : ... Bon, cette fois-ci, je critiquerai pas.
Rachel : Y'a pas que ça.
Moi : Ohlala ! Alors donne-moi tes conditions pour que je puisse utiliser ton ordinateur...

Et là, elle est partie dans l'énumération de ses exigences.

Rachel : Tu ne dois pas te moquer de mon fond d'écran.
Moi : Ok.
Rachel : Tu ne dois pas me reprocher d'avoir plein d'icones partout sur le bureau.
Moi : Ok.
Rachel : Tu ne dois pas remplacer Internet Explorer par Firefox.
Moi : Ok.
Rachel : Tu ne dois pas te moquer de mon bookmark.
Moi : Ok.
Rachel : Tu dois pas regarder mon historique.
Moi : Ok

Et après avoir dit "Ok" à toutes ses exigences, elle a bien voulu me prêter son ordinateur.

J'ai tenu 2 minutes.

J'ai pas craqué malgré le fond d'écran "Twilight" et les icones dans tous les sens sans aucune organisation. J'ai lancé Internet Explorer et je sais pas comment j'ai fait mais une mauvaise combinaison de touches combinée avec mon empressement m'ont fait atterir sur une page qu'elle venait de consulter et qui contenait la vidéo suivante :



J'ai pas bougé, j'ai rien dit, c'était même pas une page sur doctissimo traitant des règles douloureuses ou un blog de filles avec des photos de sacs à main et de chaussures personnalisés, mais ça a quand même suffi pour que Rachel intervienne en me disant "Ah mais tu es déjà dans mes bookmarks ! Va-t-en ! On ne peut vraiment pas te faire confiance !" Et j'ai plus eu le droit d'utiliser son ordi.

PS: merci à Gaëtan pour m'avoir donné accès à on ordinateur.

[EDIT] Et voilà qu'on commence à voir des parodies...


Publié dans Ma vie

Commenter cet article

Roger 05/12/2009 00:14


Je suis d'accord, j'adore ce type d'article à mourrir de rire :)

Roger


Arno 07/12/2009 10:21


Ca change de la classe musicale de Kevin


Marlène 04/12/2009 20:39


J'adore quand tu fais ce genre d'articles. Je me marre !!!!


Arno 07/12/2009 10:21


Riez ! riez ! Pendant ce temps-là, j'ai plus accès à l'ordi de Rachel !


Kevin 03/12/2009 11:58


Je pense qu'on se fout de votre vie. Vous remplissez du vide pour justifier votre absence d'activité cette semaine, et vous allez jusqu'à poster une vidéo de chaton, ce qui est tout de même le
summun de la vacuité blogistique.

En outre, Rachel, avec tout le respect qui vous est du, vous avez des goûts de chiottes.


Arno 04/12/2009 08:37


C'est quand même lors de cette conversation avec Rachel que j'ai appris l'existence des statistiques probabilistes. Vous connaissiez ?

Quant à votre commentaire au sujet des goûts de Rachel, ça me fait mal de vous le dire, mais je partage votre appréciation.