Le mort de la semaine : spéciale séries américaines

Publié le par Arno

Oumf oumf, samedi, mort de la semaine, cette semaine, le mort de la semaine n'est pas réellement un mort mais plusieurs petits.

Bah ouais, des fois, on se retrouve avec un arrivage de sacs à viande et on ne sait plus où donner de l'hommage. On se dit alors que quand même, tout ça, c'est du gâchis, parce que tous ces morts laissent pas insensibles mais y'a pas de quoi non plus en faire tout un post.

Par contre, parfois, on y voit une belle occasion pour tous les mettre dans un gros sac à viande et de rendre un hommage collectif avec une thématique précise.

Et c'est comme ça que cette semaine, le paquet de morts de la semaine me conduit à vous proposer une spéciale séries américaines, car cette semaine, je vais vous servir des icones de la télé américaine dont l'image a su traverser les décennies.

http://userserve-ak.last.fm/serve/252/3337708.jpgOn commence avec Fess Parker qui incarnait dans les années 50 la version Disney du personnage légendaire qu'était Davy Crockett.

Davy Crockett !!!! Un vrai symbole bien viril qui tenait dans notre petit écran. Car c'était tout de même un mec qui n'avait peur de rien, qui se battait à mains nues contre les ours, les mexicains et qui finissait toujours la soupe de sa maman !

Avec cette image devant les yeux, tu sentais bien que tu avais des testostérones et que tu pourrais faire un truc terrible si un mec en voulait à tes billes dans la cour de récréation.

http://img407.imageshack.us/img407/2046/phelpsqc0.jpgOn continue avec Peter Graves, qu'on connaît comme amateur de films de gladiateurs dans la série des "Y'a-t-il un pilote dans l'avion?", mais surtout pour son interprétation de Jim Phelps dans la série "Mission impossible" dans les années 70.

Et là, c'est fini le Crockett qui sentait le bouc avec son bain tous les six mois. On a désormais droit à un modèle tout aussi viril mais bien plus classe, chef d'une équipe d'agents secrets qui remplissent des missions super compliquées que seuls des spécialistes peuvent accomplir.

Du coup, on comprenait que les muscles, c'est bien, arracher le groin d'un ours avec ses dents, c'est génial, mais être spécialiste en électronique, ça peut quand même être bien utile compte tenu de l'importance grandissante de la technologie dans notre société.

http://la-petite-maison.hypnoweb.net/photo/134/galerie/doublage/garvey/7-Chris2004-chris2004.jpgEt on termine avec Merlin Olsen qui, dans les années 80, incarnait le gentil fermier Jonathan Garvey dans la série
"La petite maison dans la prairie". C'était le bon copain de la famille Ingalls qui bossait à la scierie avec Charles Ingalls.

Alors oui, ça change de Davy Crockett et de Jim Phelps. L'image de l'homme est un peu différente de celles montrées dans les deux séries cités précédemment. Mais tout de même, il faut bien reconnaître que la petite maison, elle a marqué son époque.

Et puis le gentil charpentier qui gagne honnêtement sa vie avec ses grosses bretelles et ses tâches de sueur sous les bras et qui rentre gentiment chez lui tous les soirs après le boulot, c'est tout de même une belle image rassurante... pour une femme.

Heureusement que dans les années 80, il y avait également "Magnum" et ses belles moustaches qui ne laissaient personne indifférent. Jusqu'en Ardèche !!! A titre d'exemple :

http://www.retrojeunesse60.com/JeanFerrat1.jpe

Références :
http://www.excessif.com/serie-tv/actu-series/news/davy-crockett-est-mort-5777935-760.html
http://www.excessif.com/serie-tv/actu-series/news/la-petite-maison-dans-la-prairie-est-en-deuil-5768828-760.html
http://lci.tf1.fr/people/2010-03/merlin-olsen-la-petite-maison-dans-la-prairie-est-mort-5771836.html

Publié dans Le mort de la semaine

Commenter cet article

Yoye2000 20/03/2010 18:23


Laisser moi deviner 2 : c'est un post que vous avez écrit pas avance car après ce que vous avez ingurgité hier -si j'en crois votre précédent article- vous êtes incapable du moindre mouvement..
vrai ?


Arno 21/03/2010 03:24



Disons qu'il a été finalisé samedi. Et puis j'avais eu le temps de décuver un peu aussi.