"La rafle" de Roselyne Bosch

Publié le par Arno

http://img.ozap.com/03C003C002836892-photo-affiche-la-rafle.jpgJe me suis fait eu. Pourtant je me doutais que ce film me décevrait. Et puis je sais pas, le dvd traînait là et j'ai voulu le voir.

 

Oh ! Pas à un moment où j'avais envie de m'installer dans un canapé et de me plonger dans un bon film ou un bon navet. Pas du tout. J'avais juste l'occasion de le regarder. Je me suis dit que tout de même, c'était un film qui doit être vu. Parce que ça raconte un moment important dans l'histoire de France. J'ai même repensé aux expulsions de Roms qualifiées de rafles par certains et je voulais comparer.

 

Mais malgré toutes ces raisons, je me suis quand même fait eu parce que j'avais quand même voulu m'attendre à un film qui prenne les tripes.

 

Pas de bol. "La rafle" n'est rien d'autre qu'un film scolaire qui se contente de chatouiller gentiment les glandes lacrimales.

 

La bande annonce pour se rappeler du truc :

 

 

 

Alors qu'est-ce qu'on trouve dans ce film ? Bah c'est pas compliqué du tout : on trouve des gentils et des méchants.

 

Pour qu'il n'y ait aucune confusion possible, les gentils sont très gentils.

 

Ce sont tout d'abord les juifs. Tous les juifs même. Je ne me rappelle pas avoir vu un méchant juif dans ce film. Donc tous les juifs sont gentils. Ils vivent gentiment en famille, où tout respire le bonheur au sein d'une communauté unie et solidaire. Papa juif, ancien combattant, a le coeur qui bat quand il va au Sacré Coeur. Les enfants jouent gentiment. Parfois ils se chamaillent un peu, mais ça aussi c'est gentiment.

 

Il y a aussi des gentils français non juifs. Comme le maître d'école qui dit à ses élèves, avec son petit accent rural, que le premier qui fait allusion au port de l'étoile jaune de son condiscipline qui la porte aura droit à son coup de pied au derrière.

 

C'est aussi le gentil postier qui prévient qu'une rafle est prévue pour bientôt. Il prévient d'ailleurs une gentille concierge qui va mettre en place un système  pour prévenir les juifs qu'il y a dans son immeuble quand ça va mal tourner pour eux.

 

Il y a aussi les gentils pompiers de Paris qui donnent de l'eau aux gentils juifs qui tirent la langue dans le vélodrome et qui prennent également des messages pour les apporter à leurs destinataires en toute discrétion parce que c'est un peu dangereux de faire ça.

 

Et puis le summum, c'est Mélanie Laurent, qui joue le rôle d'une infirmière qui est super gentille et qui veut aider les juifs le plus longtemps possible et de toutes ses forces et tout.

 

Bref, les gentils sont sacrèment gentils.

 

De l'autre côté, les méchants sont très méchants.

 

Alors bien sûr, il y a les super méchants ! Comme cette main d'oeuvre à qui on a donné suffisamment d'autorité pour se croire tout permis. Du coup, on peut dire qu'on a une belle brochette de salauds sadiques.


Et puis derrière ça, on a les personnages à la méchanceté plus classique mais toujours aussi efficace.

 

Le méchant flic qui va demander aux femmes juives de quitter un parc interdit aux juifs et qui va jusqu'à dire à l'une d'entre elles qui est enceinte "Non mais on n'a pas idée de faire des enfants dans la situation actuelle !"

 

On a aussi la commerçante qui balance un "Retournez à Jérusalem !" devant les juifs qui se sont fait arrêtés.

 

Bref, les méchants sont très méchants. Ou alors juste bêtes et méchants. Mais on gagne pas trop au change.

 

Entre les deux, il n'y a rien. Ou alors peut être...

 

Le seul personnage qui semble un peu complexe, un peu tiraillé. Bref, un peu humain. C'est l'adjudant du camp. Parce qu'il fait son sale boulot sans laisser paraître trop d'état d'âme. Mais on a un peu l'impression d'apercevoir un peu d'humanité en lui lorsqu'il tolère par exemple que les juifs écoutent la radio et se mettent à danser pour oublier un instant leur condition de détention. Mais bon, c'est ce que j'ai bien voulu voir. Histoire de trouver un peu de profondeur dans au moins un personnage.

 

En tout cas, y'a rien pour sauver le film. Et "La rafle" n'est qu'un de ces films consensuels que des générations de lycéens risquent de devoir se taper en cours d'histoire parce que la seconde guerre mondiale est au programme. Et comme Mélanie Laurent n'a pas de gros seins, même les lycéens ne trouveront aucun intérêt à ce film.

 

Références :

http://www.larafle-lefilm.com/

http://fr.wikipedia.org/wiki/Rafle_du_V%C3%A9lodrome_d%27Hiver

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article