Elle veut un bébé ? Mode d'emploi ! par explicit Gaëtan

Publié le par Arno

http://storage.canalblog.com/49/37/371596/31017555.jpgCoucou les ploucs ! C'est Gaëtan, aka explicit Gaëtan. Ca faisait un moment que j'étais pas à nouveau intervenu ici. Mais là, je sens que je peux empêcher plein de mecs de sombrer dans le désespoir comme c'était en train d'arriver avec Arno.

 

Pour résumer son cas : Natacha lui a mis le grapin dessus, tout se passait bien et forcèment, à un moment, y'a madame qui a l'idée saugrenue, et pas originale du tout, d'avoir un gamin. Et ça, Arno, il a pas senti venir le coup.

 

Alors faut-il mettre les voiles dès que la nana annonce des trucs pareils ? Moi, je réponds : non ! Faut pas craquer ! Une crise, on ne la fuit pas. On la gère et on la surmonte !

 

Alors voilà quelques conseils que j'ai donnés à Arno pour gérer les différentes situations qu'il va devoir prochainement gérer. Globalement, ça l'a bien rassuré. Donc y'a pas de raison que ça ne rassure pas d'autres mecs qui se font avoir par leur nana et leurs hormones.

 

Au secours ! Elle vient de m'annoncer qu'elle veut un bébé !

 

Pas de panique ! Parce que finalement, si on regarde le bon côté des choses, ça veut tout de même dire que vous allez vous retrouver au pieu avec elle. Alors ? C'est pas bien ça ? La différence avec les autres fois, c'est quoi ? Elle va garder les jambes en l'air pendant un quart d'heure après le coït. Et alors ? Ca vous empêche d'aller chercher une bière au frigo ?

 

Au secours ! Elle vient de m'annoncer qu'elle est enceinte !

 

Pas de panique ! Parce que bon, une fois l'excitation de la nouvelle passée, elle sera descendue de son nuage et il faudra seulement lui rappeler que tout ça c'est sérieux, qu'elle peut plus faire marche arrière, que c'est parti pour toute sa vie qui ne lui appartiendra désormais plus parce qu'elle devra s'occuper du gigot. Bref, vous lui mettez bien la pression. Vous avez douze semaines. C'est la période durant laquelle il faudra pas la lâcher. Parce qu'au-delà, on pourra plus pratiquer l'IVG.

 

Si vous n'avez pas réussi à mettre un point final à cette sordide situation au bout de douze semaines, pas de panique. Ce n'est pas la fin du monde. Je dis ça parce que vous aurez passé douze semaines à foutre la pression à l'autre et vous risquez de vous être foutu la pression à vous-même.  Et c'est pas le moment parce qu'à partir de là, il va falloir jouer fin. Donc on respire profondèment et on passe au plan B : la convaincre que l'accouchement à la maison, c'est le top.

 

Comment justifier cela ? En disant que c'est bien à la fois pour la maman parce qu'elle est alors dans un environnement qui lui est familier et donc rassurant. Et également pour le bébé parce que quand il sera grand, vous pourrez lui montrer plus tard l'endroit où il est né, à savoir le tapis du salon, occupé au moment où vous narrerez ce délicieux moment par votre épagneul en train de se lécher les parties. Emouvant, je sais, mais restons concentré, s'il vous plaît ! 

 

  Au secours ! Elle a perdu les eaux !

 

Pas de panique ! Je vous rappelle que vous avez réussi à négocier l'accouchement à domicile. C'est un très bon point. Maintenant, faut juste s'organiser. Vous appelez un vieux pote et vous dites à votre copine que c'est un pro qui a eu son CAP accoucheur. Vous précisez dans la foulée qu'il a eu la mention très bien. Comme ça, elle comprendra que vous vous êtes pas foutu de sa gueule en prenant la crème de la crème. Après tout, c'est votre copine, elle le vaut bien.

 

En tout cas, vous êtes tranquilles. Pas de personnel hospitalier qui va mettre son nez dans vos affaires. Et si par chance ça se passe mal, ou si le gamin présente un défaut, vous pouvez exploiter la fatigue de votre copine pour lui faire reconnaître qu'on peut pas continuer comme ça et que vous pouvez arranger ça et profiter de la situation pour vous débarasser du gigot en toute discrétion en évoquant par exemple l'assistance sociale. Par contre, faites ça rapidement sans imaginer que ça peut attendre 1 semaine ou 2 en conservant le gigot dans le congélo. Y'en a qui ont essayé. Ils ont eu des soucis. Et si les voisins posent des questions, vous direz que le gros ventre de madame, c'était des gaz.

 

Au secours ! Je suis papa !

 

Pas de panique ! Le gamin est là, il a une existence officielle parce que vous l'avez enregistré à la mairie et vous l'avez reconnu. Si vous en êtes arrivé à ce point, c'est que votre copine est sacrèment bien coachée et que vous gérez que dalle ! Mais ce n'est pas une raison pour imaginer qu'on est coincé à vie. Il existe encore des solutions.

 

Alors certes, c'est violent, mais vue la situation, on n'a plus trop le choix. Donc là, vous vous tapez ce qu'on appelle l'autorité parentale. C'est-à-dire que vous êtes responsable du gigot. Seulement l'autorité parentale, c'est pas un truc à vie. Ca peut se perdre. Dans le jargon de la justice, on dit qu'on en est déchu. Et comment on en est déchu de son autorité parentale ? C'est pas compliqué. Il suffit maltraiter le gigot. Physiquement ou moralement.

 

La maltraitance morale, c'est un peu compliqué. Vous pouvez par exemple vous masturber devant le gigot, mais pour valider ce genre d'acte, il faudrait le faire devant un huissier. Ou alors vous pouvez faire ça dans un lieu public. Mais bon. Je vous rappelle que vous cherchez juste à perdre votre autorité parentale. Pas à passer pour un pervers sexuel.

 

Personnellement, je conseillerais plutôt la maltraitance physique. Parce que ça laisse des traces. Donc quelques traces de coups sur le visage et les bras, c'est impec'. Et puis dehors, vous ne perdez pas une occasion pour le mettre dans des situations dangereuses. Par exemple, vous lui demandez d'aller chercher du pain à la boulangerie de l'autre côté de la route sans se prendre la tête avec ces histoires de passages cloutés et bonhommes verts sur le feu de circulation. Ce sont des détails, mais ça peut accélérer considérablement la procédure. Et une fois validée par un tribunal, vous serez définitivement débarassé.

 

Alors vous voyez bien qu'il faut pas paniquer ! Y'a toujours des solutions à tout ! En tout cas, avec tous ces bons conseils, Arno, il es rassuré... sauf que je l'ai quand même surpris deux jours plus tard en train de lire un bouquin genre "Livre des prénoms". Mais je suis sûr que c'est pour brouiller les pistes, je ne vois que ça. 

 

A votre service,

Gaëtan


Publié dans Explicit Gaëtan

Commenter cet article

guillaume 28/03/2011 02:27



C'est complètement horrible !


PS : je milite pour qu'on évite cet affreux tic de langage actuel qui consiste à apposer devant un adjectif l'adverbe "juste". J'aurais dû écrire : "C'est juste horrible ! Non ! Passons
désormais au "complètement"


C'est complètement horrible !



Arno 30/03/2011 20:16



Je suis complètement d'accord avec vous !



Aschenputten 16/03/2011 10:04



@Arno: Gaëtan, un ami qui vous veut du bien?
@Gaëtan: Berk, il est pas frais vot' gigot!


PS: le pauvre épagneul!



Arno 19/03/2011 17:32



From arno : un ami, c'est quelqu'un qui vous aide à cacher le corps quand vous avez tué quelqu'un. Gaëtan semble pouvoir aller encore plus loin