Propositions de corrections pour les épreuves de philosophie

Publié le par Arno

Comme ça, rapidos, je me fais un plaisir de fournir aux pauvres lycéens qui se rongent les ongles une ébauche de corrections pour l'épreuve de philo.

Avant de commencer, une petite image en rapport avec la philo. Ca fait toujours plaisir de voir une image. Sinon, on voit que du texte, on se dit "Ohlala, y'a que du texte à lire !" et ça donne pas envie de rester.




 Le langage trahit-il la pensée ?

 

Thèse: Mais bien sûr que oui !


Il suffit de considérer les femmes. Quand elles disent non, elles veulent dire oui et quand elles disent oui, souvent, c'est pour dire non.

 

Antithèse: Mais bien sûr que non !


Il suffit de considérer les hommes. Ils savent ce qu'ils veulent et ils le disent. C'est carré, c'est clair, on tourne pas autour du pot.


Syntèse : Oui et non.

En fait, ça dépend si on prend en compte les femmes ou les hommes.


 L'objectivité de l'histoire suppose-t-elle l'impartialité de l'historien ?

Thèse : Mais bien sûr que oui !

Si l'historien n'est pas impartial, il est pas près d'expliquer l'histoire en toute objectivité. Normal.

Antithèse : Quoique...

L'historien et sa vision s'inscrivent tous les deux dans l'histoire. Donc même s'il est impartial, cette impartialité s'intègre dans l'objectivité de l'histoire.

Synthèse : Oui et non.

En fait, ça dépend si l'historien a les couilles d'être objectif sur sa partialité.

 


 Que gagne-t-on à échanger ?


Thèse : Plein de trucs bien !

Si on n'est pas trop con, on échange un truc qu'on a contre un truc qu'on n'a pas. Donc à l'issu d'un échange, on gagne le truc qu'on n'avait pas.

Antithèse : Pas forcèment grand chose.

En général, on se retrouve avec un truc de seconde main avec des défauts et de l'usure. Du coup, on gagne pas grand chose.

Synthèse : Ca dépend.

En fait, ça dépend comment tu t'y prends et ce que tu cherches. Si tu t'en fous de te retrouver avec un truc d'occas', tu peux y gagner. Sinon, t'y gagnes pas tant que ça.


 Le développement technique transforme-t-il les hommes ?


Thèse : Mais c'est clair !

Là, faut pas passer à côté d'une bonne référence qui va scotcher le correcteur : Wall-E. Dans ce film d'animation, les humains bénéficient des avantages d'une forte évolution technique qui fait tout à leur place. Résultat : ils deviennent des gros lourdauds vautrés sur des poufs qui flottent dans l'air.

Antithèse : Bof

A la maison, je ferme la porte de l'entrée avec un badge, je prends ma voiture qui a l'option GPS, je vais dans un supermarché bourré de processus automatiques dans tous les sens, je règle avec une carte bancaire qui me relie à des systèmes bancaires internationaux. Mais au bout du compte, je me retrouve toujours sur mon canapé avec une bière dans la main. Conclusion : moi, je change pas tant que ça.

Synthèse : Mouais.

Ca dépend si le canapé est confortable.


 Est-il absurde de désirer l'impossible ?


Thèse : Mais bien sûr que oui !

Si c'est pas possible, à quoi ça sert d'imaginer d'atteindre un truc pas possible à atteindre ? On perd son temps c'est tout !

Antithèse : Mais bien sûr que non !

Une référence qui se suffit à elle-même : "Star Trek" parce que dans le générique, on a "Et au mépris du danger, reculer l'impossible" et comme ça, l'impossible, on le repousse, alors qu'au début, on disait que c'était impossible. Comme quoi, c'était pas absurde.

Synthèse : Ben...

Ca dépend le type de vaisseau qu'on a. Si t'as un Enterprise, ça peut aller.


 Y a-t-il des questions auxquelles aucune science ne répond ?

Thèse : Mais bien sûr que oui !

Un exemple concret : au resto, pourquoi Rachel me pique systématiquement une frite dans mon assiette ? Je mets au défi une science de trouver une réponse à cette question.

Antithèse : Sauf si...

Sauf si on considère la scientologie comme une science.

Synthèse Oui et non.

On peut répondre à toutes les questions de manière scientifique. Il suffit de définir le type de réponse que l'autre attend et son degré de naïveté pour lui faire accepter que les arguments qu'on lui présente relève d'une démarche scientifique.


Voilà, comme quoi, la philo, c'est pas si compliqué que ça.

PS: Un sursaut de moralité m'oblige à préciser que j'ai eu 4 en philo au bac
Mais bon, comme l'objectivité de ma copie ne supposait pas forcèment l'impartialité du correcteur...

Références :
http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2009/06/18/01016-20090618ARTFIG00334-les-premiers-sujets-du-bac-de-philo-.php

Publié dans Ma vie

Commenter cet article

skepsis 25/06/2009 22:23

très drôle

Arno 26/06/2009 09:18


merci


Antho 21/06/2009 23:03

Ah ben je vois qu'on a les mêmes références minables !

Arno 22/06/2009 08:11


Robert Rodriguez, c'est une référence minable ? Ah zut alors !


Antho 19/06/2009 21:31

Moi j'ai bien aimé l'histoire des femmes qui disent oui en pensant non et inversement ! Tellement vrai tout ça ... Tu veux qu'on aille niquer ? Elles te répondent toutes non j'ai pas envie avec un regard qui dis oui prend moi tout de suite !

Arno 21/06/2009 22:57


Y'a une scène comme ça avec George Clooney dans "Une nuit en enfer"


Kevin 19/06/2009 14:03

Ne faites pas semblant de ne pas avoir compris.

Arno 19/06/2009 14:58



Gna !



Kevin 19/06/2009 09:48

Pas drôle.

Arno 19/06/2009 09:58


C'est clair que c'est pas drôle l'épreuve de philo