Du street art à Lannion (22)

Publié le par Arno

Bon, aujourd'hui, je balance tout le dossier. C'est le jour des révélations. Parce que près d'un mois d'absence sur ce blog, il faut quand même que je justifie ça. Je veux jouer la transparence. Ca me paraît essentiel. Parce que je ne suis pas là pour manipuler la vérité. Est-ce que vous continueriez à venir lire mon blog si je manipulais la vérité ? Je ne le pense pas. Et vous auriez raison. C'est pourquoi je me dois de vous dire ce que j'ai fait pendant près d'un mois. Ben c'est très simple : j'étais en déplacement.

Alors après, pour les détails, vous pouvez vous gratter. Je suis pas là pour déballer ma vie privée. J'ai réussi à éviter les photographes de "Voici", ce n'est pas pour ensuite tout balancer sur mon blog. J'ai droit à ma vie privée. Ok, je sais, je suis une personnalité publique. Mais je veux tout de même conserver mon petit jardin secret. Donc j'en dirai pas plus. Et j'aimerais que vous le compreniez.

Bref, avec Rachel, on essaie de faire un enfant et pour ça, j'ai eu la bonne idée d'y mettre le paquet, non seulement au niveau de mes prestations physiques, mais également, parce que je suis un mec romantique, en mettant en place un contexte super original (puisque l'originalité, c'est tout de même un truc qui me caractèrise plutôt pas mal).

Le contexte, c'est que j'ai pris 2 semaines de vacances pour amener Rachel un peu partout en France pour multiplier nos chances de concevoir un gentil petit arno junior. Ouais parce qu'elle a lu sur aufeminin.com que les conditions climatiques sont vachement importantes au moment de la conception. Donc on a préféré fuir Paris et se retrouver en province même si ça nous a fait un peu peur au début. Mais on est courageux. Alors on est parti, comme ça, avec pour objectif de concevoir le p'tit monstre dans un cadre agréable. Personnellement, je sais pas ce que ça va produire sur le gosse, mais en tout cas, pour nous, c'était le pied. Et ça, déjà, c'est pas mal. Et puis des vacances, ça me permettait d'être dispo 24/24 7/7. Rachel a apprécié.

Parmi nos pérégrinations, on s'est retrouvé à Lannion (22). Bon, faut savoir que c'était pas notre destination finale. Encore heureux. Mais c'était sur la route et on s'y est attardé. Et pourquoi je vous parle de Lannion (22) ? Ben pas parce qu'on s'est filmé dans nos efforts ou quoi que ce soit dans le genre. Faut pas rêver, vous n'aurez pas une seule des vidéos qu'on a prises. Si je vous parle de Lannion (22), c'est parce que j'ai été agréablement surpris de voir que dans c'te ville où y'a rien à faire, il y a quand même des gens qui font du street art ! Oui parce que même dans le contexte hautement familial dans lequel nous étions, ma fibre artistique était toujours présente. On ne se change pas comme ça !

Donc pour garder une trace de cette agréable surprise, j'ai pris quelques photos et je tenais à les partager avec vous :




Voilà, comme ça, également, pour les paumés qui se paumerait à Lannion (22), vous avez désormais un jeu de piste pour essayer de retrouver ces oeuvres. Et en plus, y'en a d'autres, mais j'ai pas tout pris en photo...

Bon, j'espère qu'on n'a pas conçu l'asticot à Lannion (22). Parce que ce genre de truc, je sais pas comment on peut l'annoncer à un gamin. "Bon, Arno junior, tu as 18 ans, tu es un homme, tu as le droit de connaître la vérité sur tes origines : tu as été conçu à Lannion (22)". Non, franchement, je pourrais pas annoncer ça à mon propre enfant.

Publié dans Culture

Commenter cet article

Kevin 30/06/2008 14:04

Certes, mais qui est l'artiste ?Celui qui a designé le pochoir ou le blaireau qui s'amuse à l'utiliser partout ?Car rien ne prouve que la personne qui a peint toutes ces choses violentes est l'auteur du pochoir.Bref, l'art, le cochon, tout ça, ça te connait. Surtout le cochon.

Kevin 30/06/2008 10:59

ta notion de l'art me fera toujours rire.cordialement.

Arno 30/06/2008 11:11


Je te conseille de consulter l'url http://fr.wikipedia.org/wiki/Pochoir où tu apprendras que le pochoir est une forme d'art.

Amicalement.