La lettre de Guy Noquet

Publié le par Arno

Aujourd'hui, c'est un jour important ils ont dit ce matin à la radio parce que aujourd'hui, c'est la lettre de Guy Noquet qui va être lue. Alors moi, je sais pas qui c'est Guy Noquet, alors j'ai cherché sur le net. Mais j'ai rien trouvé. Mais d'après ce que j'en ai compris à la radio, je me suis dis que c'est une lettre de courage et tout, et que ça devait être une lettre importante. Alors je me suis imaginé une lettre du genre :
 

"Ma petite maman chérie,
mon p'tit frérot adoré,
mon cher président,

Je vais aller à la piscine ! Ce que je vous le demande, toi, en particulier, ma petite maman, c'est de pas avoir peur. Moi, j'ai pas peur et j'aurai pas peur comme mes camarades compagnons qui y sont allé avant moi. Certes, je m'en serais bien passé. Mais bon, je me dis que ça servira bien à quelque chose. J'ai pas eu le temps de prendre mon shampoing Mickey qui pique pas les yeux. Mais j'ai pris ma serviette Roger Rabbit et mon bonnet Denver le dernier dinosure. Quant aux palmes, j'ai pas pu les prendre hélas ! J'espère qu'on va pas me piquer mes affaires dans les vestiaires, ou alors j'espère qu'elles te seront envoyées pour qu'elles servent à cousin Serge, qui sera fier de porter mon caleçon. A toi petit papa, même si j'ai pas été un caïd à la bicyclette comme tu l'avais espéré, sache que je vais me défoncer pour que je cartonne au crawl. Je vais faire de mon mieux pour te rendre fier de moi en finissant dans les premiers à la prochaine compét' de la colo.

Guy"


 Et puis en fait, j'ai réalisé que je m'étais planté. C'était pas Guy Noquet mais Guy Môquet (ils articulent mal à la radio). Du coup, ça a été plus simple pour trouver c'te fameuse lettre que voilà là :

"Ma petite maman chérie,
mon tout petit frère adoré,
mon petit papa aimé,

Je vais mourir ! Ce que je vous demande, toi, en particulier ma petite maman, c'est d'être courageuse. Je le suis et je veux l'être autant que ceux qui sont passés avant moi. Certes, j'aurais voulu vivre. Mais ce que je souhaite de tout mon cœur, c'est que ma mort serve à quelque chose. Je n'ai pas eu le temps d'embrasser Jean. J'ai embrassé mes deux frères Roger et Rino. Quant au véritable je ne peux le faire hélas ! J'espère que toutes mes affaires te seront renvoyées elles pourront servir à Serge, qui je l'escompte sera fier de les porter un jour. A toi petit papa, si je t'ai fait ainsi qu'à ma petite maman, bien des peines, je te salue une dernière fois. Sache que j'ai fait de mon mieux pour suivre la voie que tu m'as tracée.

Guy"

 

Et là, j'ai compris que j'avais rien compris et que le vrai Guy avec un M, il était plus courageux que Guy avec un N. Donc respect au M. Et N, t'es qu'une p'tite merde.

 

Publié dans Buzz

Commenter cet article